Yannan lu

Vous connaissez cette chaine de magasins d’ustensiles de cuisine chics, nommé Du bruit dans la cuisine ?

Et bien je pourrais appeler mon appartement : Du bruit pas que dans la cuisine…

Aaah, Shanghai, le Paris de l’Orient !!! Mégalopole du XXIe siècle aux plus de 24 millions d’habitants qui se relaient pour ne jamais dormir, manger et consommer en même temps, obtenant une continuité d’activité parfaite et dingue 24h/24h ! « Une vraie chance d’être entourés de tant de vie ! », s’exclament ceux qui vivent malgré eux dans des villes françaises de tailles moyennes et ennuyeuses. On devine que tout un chacun est déjà retiré chez soi dans ses chaussons et sa robe de chambre à partir de 18h30, y compris les commerçants. A Shanghai, 18h30 marquent le début des festivités.

Moto

Notre appartement s’apparente à une passoire sonore. Situé au 2e étage d’un immeuble ancien placé au coin d’un carrefour plutôt passager, ses fenêtres sont sans double vitrage, car les propriétaires ont estimé que la présence d’une vitre simple sur chaque battant de fenêtre était suffisant (On appelle cela un double vitrage à la chinoise). Les bruits des klaxons des scooters, motos, voitures, bus et camions qui passent et des moteurs qui vrombissent aux feux rouges nous parviennent sans aucun filtre. Quand des amis nous attendent en bas de l’immeuble, nous savons qu’il faut descendre quand nous les entendons discuter, parfois de ma dernière coupe de cheveux ratée.

Le son transperce aussi les murs en papier entre les appartements et le sol en carton (plus épais pour ne pas se retrouver chez les voisins par accident…). Tiens, j’ai reçu un message WeChat ! Ah non, c’est le téléphone de la voisine du dessous qui a sonné…

Nous avons droit à une trêve nocturne en général entre 23h et 4h30. Dieu merci, il arrive qu’une voiture de fêtards, arrêtée au feu rouge pour quelques minutes,  partage sa bonne musique avec les passants ! Il arrive aussi qu’un marteau-piqueur sorti de nulle part commence une danse frénétique vers 23h30, pour profiter de la quasi-absence de circulation.

Shanghai et ses habitants savent-ils que l’être humain a besoin de dormir au moins 7 heures de suite ? Cette durée est scientifiquement prouvé par les plus grandes universités américaines (Hein Gaby ? 🙂 ) et par moi aussi… Malgré le niveau de pollution, les Shanghaiens ne mutent pas encore pour s’adapter à une durée de sommeil réduite à 1 ou 2 heures.

Nous sommes désormais à la recherche d’un appartement situé dans un quartier calme, pour pouvoir dormir un peu. Dans un champ ? Évidemment, nous voudrions loger près des stations de métro, des commerces, des restos, des bars, mais que tout ces bazars fonctionnent sans bruit… C’est possible, vous croyez ??!

Crédit photos : Rémy Bontemps

Publicités