Mots-clefs

, ,

thSa mèche de cheveux noirs lui cache un œil. Il est plutôt bien habillé, avec son pantalon de velours marron, et son petit foulard en soie bordeaux roulé dans le col de sa chemise. On l’imagine à la chasse dans la propriété de ses parents, en Sologne ou en Bretagne. Un gars bien né, de « bonne famille » (comme s’il existait des « mauvaises familles »), dont l’arbre généalogique élaboré par une grand-tante a permis de découvrir un ancêtre ayant combattu aux côtés du roi de France pendant la Guerre de Cent ans, ou même parfois que Aliénor d’Aquitaine est une aïeule au 37e degré ! Son grand-père tenait certainement une étude notariale, ou quelque office poussiéreux transmis de père en fils depuis l’Ancien Régime.

Il danse le rock avec une fille de son âge. Il mène bien, même s’il est un peu timide. La fille tourne autour de lui avec sa jupe légère. L’éclairage est faible, les lumières des spots parcourent les murs et les visages au rythme de la musique. Une lumière vient d’éclairer le garçon. Ses yeux sont bridés. Il est donc hors-norme par rapport au milieu social auquel il semble appartenir. Son grand-père a plutôt dû connaitre le régime de Mao et subir la Révolution culturelle, et peut-être même le travail dans les fermes. Son grand-père ne doit pas savoir chasser et n’a sans doute jamais mis les pieds dans une forêt ou un bois français.

Avec son look, il en fait plus que les autres jeunes de la soirée. Ils pourraient eux aussi avoir cette apparence de châtelain avec leurs origines françaises et leur milieu social aisé, mais ils n’en ont pas besoin.

Ce garçon est une banane, comme on dit en Chine. Jaune à l’extérieur et blanc à l’intérieur. Je souhaite qu’il ne refoule pas ses racines asiatiques, qui constitueront toujours une part de sa personnalité, qu’il le veuille ou non. Je souhaite aussi qu’il ne souffre pas de son physique qui ne changera pas, même avec toute la volonté du monde. Être un Français de « bonne famille » n’a jamais garanti le bonheur à personne. Je lui souhaite au contraire de trouver « son » bonheur, le sien, à lui, avec ce qu’il est. Je souhaite de tout mon cœur qu’il accepte les deux cultures qui l’entourent. Ce n’est pas facile je sais. Mais cela reste une superbe aventure ! Alors maintenant… Va de l’avant, Banana Split* !

*Split : fendu, divisé, partagé

Pour éviter tout malentendu concernant cet article, voici quelques précisions :

Ce que je ne veux pas dire :

  • Je ne sous-entends pas que ce jeune Chinois (peut-être Franco-chinois) n’a pas le droit d’intégrer ce milieu.
  • Ni que son milieu d’origine est modeste, en opposition au milieu des personnes de «bonne famille». En parlant du travail de son grand-père dans les fermes, j’évoque en fait les intellectuels réprimés sous Mao envoyés aux travaux forcés.

Ce que je veux dire :

  • L’intégration dans ce milieu peut entrainer un refoulement d’une partie de son identité.

Publicités