Mots-clefs

, ,

La péninsule de Sai Kung, dans les Nouveaux Territoires à Hong Kong, est un endroit à explorer par tous les amoureux de la nature et de la mer. De bon matin, mon chéri et moi sommes partis avec nos sacs à dos a la découverte du fameux endroit …

DSC01993Après 1 heure de métro en partant de Central sur Hong Kong Island, puis 30 minutes de minibus, nous arrivons enfin au point de départ du chemin recommandé par des amis. Le paysage de la randonnée est superbe : le sentier longe la mer qui se trouve en bas de la falaise. Le soleil et le bleu marin brillent à l’unisson … En fin d’après-midi, nous parvenons sans trop de difficultés à la plage de Sai Wan, qui marque la fin de notre étape. C’est aussi le lieu où nous avons prévu de passer la nuit. J’ai presque hâte de m’endormir, bercée par l’épanchement régulier et doux des vagues sur le sable…

Une vingtaine de tentes sont déjà installées sur la plage, alignées les unes à côté des autres. Elles sont un peu trop loin de la mer à notre goût. La nôtre se retrouve alors seule devant toutes les autres, mais près de l’eau. Il faut savoir assumer son indépendance d’esprit !

DSC02067

Nous partons rejoindre l’un des deux bar-restaurants de plage situé à quelques mètres. Un troupeau de petites vaches aux cornes longues nous dépasse en courant. Pas de fermier, pas de chiens… Que font-elles donc toutes seules ? Se sont-elles échappées ? Après quoi ou devant qui courent-elles ?

Sur le chemin du retour, il fait déjà nuit. Nous marchons vers notre tente tout en observant nos voisins de camping cuisiner, boire, discuter… Il y a même un groupe de jeunes qui chante, accompagné par un ancien à la guitare. Une grosse ampoule suspendue éclaire les partitions.

Tout à coup, un hélicoptère surgit de nulle part. Il arbore lui aussi une très grosse ampoule, ou plutôt un phare puissant. L’engin semble chercher quelque chose et tournoie sans cesse. Finalement, il atterrit tout près des tentes, tout en provoquant une tornade qui emporte tout sur son passage…

La porte latérale du véhicule s’ouvre. Un homme au casque impressionnant, représentant à la perfection la figure du héros, apparait dans l’encadrement de la porte, scrute au loin avec des jumelles, et fait entrer un homme, ou plusieurs, dans l’hélicoptère. La porte se referme. L’hélicoptère repart pour ne plus revenir. LesDSC02004v2 quelques tentes alentours qui avaient survécu à l’atterrissage n’ont malheureusement pas résisté au décollage. Qu’est-ce que des tentes à côté d’êtres humains perdus sur la plage de Sai Wan ? L’hélicoptère a sauvé des personnes en provoquant quelques dommages collatéraux. Il ne peut pas être sympa avec tout le monde, le pauvre !

DSC02019

Notre tente, qui est isolée des autres, n’a pas bougé. Ouf ! En continuant notre marche parmi les vacanciers qui remontent lesleurs, nous nous faisons alpaguer par les musiciens pour partager quelques chants en anglais. La grosse ampoule nous aveugle, mais nous acceptons l’invitation ! Je chante pendant que mon chéri prend des photos, qui heureusement n’immortalisent pas mes fausses notes…

DSC02030

Après l’étape chorale, morts de fatigue, nous rejoignons la tente pour nous coucher. Comme je l’espérais, le bruit des vagues est bien là. Il est même un peu fort, mais ce n’est pas gênant. Nous nous endormons tant bien que mal, car nous n’avons pas de matelas. Le sable connait ses limites de confort. Il faut savoir cela pour l’avenir … Peu de temps après, je me réveille en sursaut. La mer s’est avancée. Nous ne resterons pas au sec longtemps si nous demeurons à cet endroit. Je réveille donc mon chéri pour déplacer la tente et nous rapprocher des voisins. Les yeux embrumés, je tente d’ouvrir la porte, mais c’est impossible car la fermeture éclair est coincée !… Mon chéri trouve l’endroit du « déraillage » et l’écarte pour que l’on puisse sortir. Un vent frais souffle sur la plage. Nous déplaçons la tente plus loin de la mer.

Nous nous recouchons, avec pleine vue sur la mer, puisque nous n’avons plus de porte… Le vent s’engouffre à loisirs dans la tente. Je grelotte sans fin et ne sais plus quoi faire… Mon chéri s’est déjà rendormi. Il faut changer l’orientation de la tente et placer la porte à l’opposé de la mer … Je réveille a nouveau mon chéri qui grommèle. Nous déplaçons encore la tente qui devient presque un endroit rassurant et douillet… Malgré ce changement, mon chéri ne peut plus retrouver le sommeil. Pour ma part, je m’endors d’épuisement.

Le lendemain matin à 9 heures, mon chéri a disparu. Je le retrouve une heure plus tard, yeux gonflés et appareil photo autour du cou. Il a déjà exploré les chemins de l’autre côté de la montagne, pris une centaine de photos et petit-déjeuné… Je ne pense pas que nous retournerons de sitôt dormir sur une plage. Ce qui est sûr, c’est que nous en garderons un souvenir indélébile, de cette plage de Sai Wan !

Publicités