Mots-clefs

, , , ,

polich3Ma collègue est enceinte ! Après la dot phénoménale, le mariage aux dix robes et la lune de miel en Thaïlande avec parents et beaux-parents (devrait-on plutôt dire lune de fiel ?), le descendant est en route…

Je me souviens qu’un jour d’importants travaux de peinture dans nos locaux, elle est partie avant la fin de la journée à cause de l’odeur insoutenable qui, inhalée trop longtemps, « peut empêcher la rencontre du spermatozoïde et de l’ovule. » Certainement grâce à sa prudence lors de ce moment critique, un spermatozoïde et son ovule ont fait connaissance sans entraves quelques semaines plus tard.

L’angoisse de ma collègue enfle de jour en jour, au même rythme que son ventre. Elle ne vient plus aux pauses café, car le liquide noir colorerait la peau du fœtus, et favorise le lait pour sa blancheur. Je n’ose pas lui demander si elle s’autorise le jus de kiwi… Elle se lave les mains toutes les dix minutes avec un antiseptique, et aussi lorsqu’un stagiaire a effrontément utilisé l’un de ses stylos. Récemment, à défaut d’une salle stérile d’usine de production de tests médicaux, elle a commandé sur Taobao* un purificateur d’air qu’elle a posé sur son bureau.

Depuis le quatrième mois, elle traîne la savate encore plus que d’habitude, soufflant et gémissant, nous faisant généreusement partager la souffrance de son corps subitement alourdi.

L’accouchement approche et le départ en congé maternité aussi. Cela signifie que ses parents débouleront bientôt à la maison pour s’y installer pendant 3 mois et s’occuper du bébé. Toute ma compassion à l’époux qui sera mis de côté. Ma collègue me confie un jour, autour d’un verre de lait et près de son purificateur d’air, qu’elle a choisi de donner naissance au mouflet par césarienne. La mise au monde sera moins douloureuse. Ses copines et sa cousine ont aussi demandé l’opération, visiblement à la mode… Ravie, elle ajoute qu’elle aura droit à 15 jours de congé supplémentaires car elle est âgée de 26 ans. C’est la règle en Chine pour une femme vétéran de plus de 24 ans, histoire de mieux récupérer après l’accouchement. Âpre douceur chinoise.

Toute la famille souhaite avoir un petit mâle qui pourra subvenir aux besoins de ses parents et grands-parents quand il sera grand. Quelle pression ! Il est prévu que le fœtus étudie dans les écoles les plus chères de Shanghai. Ma collègue se renseigne aussi pour des cours particuliers de piano, alors que les doigts du petit ressemblaient encore, il y a peu de temps, à des palmes maladroites baignant dans le liquide amniotique.

Je dois vous laisser, ma collègue a besoin d’aide pour installer sa couverture. Elle veut faire une sieste à son bureau après déjeuner… A bientôt !

*Site numéro 1 d’achats en ligne

Publicités