Mots-clefs

, , , , , ,

AL1Si Paris se targue de sa Grande Épicerie du très chic VIIe arrondissement, Shanghai peut se vanter d’une autre épicerie qui fait aussi fureur dans un tout autre genre.

L’épicerie de l’Avocado Lady se trouve dans la très vivante Wulumuqi lu, où les canards plumés et suspendus font concurrence aux crabes vivants des aquariums aux parois sales, au milieu de cantines qui colonisent les trottoirs avec des poêlées géantes d’écrevisses ou de la viande crue entassée, et des magasins colorés de fruits en cascade, de vêtements kitchs et de luminaires de toutes sortes.

La boutique se fond parfaitement dans ce décor. Le sol carrelé marron supporte un entassement de cartons de produits variés : fruits, légumes, bouteilles de vin, etc. Je suis parfois obligée d’escalader ces caisses pour attraper une brique de jus d’orange placée tout en haut d’une étagère, au risque de tout renverser… Un peu plus loin, de rudimentaires sachets en plastique bleu, en vrac sur une table, présentent herbes fraîches, graines et fruits secs. Une lumière jaune, provenant d’ampoules pendues à des câbles qui me rappellent l’installation électrique d’une écurie, crée une atmosphère chaude le soir.

On y est accueilli par le regard vif et aimable de l’Avocado Lady, petite quinquagénaire tonique vêtue d’un tablier. Selon la légende, esprit précurseur, elle est la première commerçante du quartier à vendre des avocats.

AL2

Son magasin offre des produits importés, comme du beurre de cacahuète, de la crème fraîche, de la mascarpone, du brie, des tapenades, de la charcuterie et des pâtes de blé. Et tout cela, en pleine Concession.

Évidemment on trouve ce type de produits ailleurs en ville, évitant de se déplacer jusqu’aux fameux Carrefour et Auchan. Mais notre marchande est bien la seule à les proposer dans un tel bazar ! J’adore fouiller et y dénicher des trésors comme des bâtons de vanille, de l’anis étoilé et du humus. Mon engouement s’est accentué lorsque j’y ai découvert des Petits Ecoliers de LU, délicieux biscuits provenant de ma ville natale ! Mais comment fait ce bout de femme pour trouver tout ça ?

L’endroit ne désemplit pas, avec sa clientèle aisée blonde rousse châtain. Je suis certaine que notre dame est riche comme Crésus ! Pourtant, le sol reste couleur terre, les caisses ne sont pas remplacées par de jolis présentoirs vitrés et des bocaux de verre n’ont pas supplanté les rudimentaires sachets. Par ailleurs, le look de la patronne persiste dans le rustic style, c’est le moins que l’on puisse dire…

La caverne de l’Avocado Lady résiste à l’esthétique occidentale branchée lyophilisée. C’est sûrement pour cette raison que tout le monde s’y sent bien. L’authenticité a encore un peu d’avenir dans cette ville. On dit merci à qui ?

AL3

Épicerie de l’Avocado Lady : 274 Wulumuqi road, near Wuyuan road, Shanghai

Et aussi, ça vaut le coup ! La Grande Épicerie de Paris : http://www.lagrandeepicerie.com

Publicités