Mots-clefs

Estheticienne2Bon, voilà, vous savez qu’une femme de ménage vient à la maison (cf post Ma femme de ménage est ma propriétaire, ou ma propriétaire est femme de ménage#). Il y a aussi une esthéticienne qui vient de temps en temps… « On ne se prive vraiment de rien ! » dirait ma grand-mère qui ne manque jamais de bon sens. Pour me défendre un peu, l’esthéticienne, une Chinoise qui se nomme Karen, propose des tarifs qui défient ceux de tous les instituts qui ont pignon sur rue, et son travail est impeccable.

Le seul point noir est sa rudesse. Elle affectionne les blagues de mauvais goût et n’hésite pas à me mettre sous le nez les poils qu’elle a arrachés, collés à la cire, pour une inspection des travaux…

Karen possède aussi une particularité qui est répandue en Asie : ne jamais refuser une demande alors qu’on n’y répondra pas. La petite histoire qui est racontée ensuite fournit une illustration.

C’est le branle-bas de combat 3 jours avant le départ en vacances au soleil… Il faut boucler les dossiers urgents, préparer le handover pour l’équipe, rédiger le message d’absence à activer au dernier moment. Il faut aussi choisir le sac qui sera assez grand pour mettre tout ce dont j’aurai besoin pendant le séjour, mais pas trop grand non plus pour que son poids n’excède pas les 10 kg règlementaires des bagages à main dans l’avion, et trouver des flacons de voyage dont le contenu est inférieur à 200mL, au risque de voir partir dans la poubelle des contrôleurs un flacon géant de gel douche qui m’aura coûté la peau des fesses…

Les vacances sont à la plage, je dois prendre mon maillot de bain. Et qui dit maillot de bain, dit épilation ! Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ! J’envoie un WeChat (équivalent en Chine de WhatsApp) à Karen, lui demandant de toute urgence une épilation dans les prochaines 72 heures, mais avec la contrainte des horaires de bureau. C’est-à-dire qu’une épilation est possible seulement entre 7h et 8h le matin ou alors entre 20h et 22h sur les 3 jours qui viennent… A Shanghai, tout est possible. Prenant le risque de me faire attaquer devant les Prud’hommes par le syndicat des esthéticiennes, je propose à Karen 7h le matin pour le jour suivant. Elle me répond immédiatement : « OK ».

Je suis tout de même surprise de l’étendue de son amplitude horaire et souhaite m’assurer qu’elle a bien compris : « Peux-tu confirmer que tu viens demain matin à 7h du matin ? ». Elle me répond aussitôt : « OK ». Tout doit être clair alors… Je me couche en programmant le réveil à 6h, soupirant de devoir me lever si tôt mais heureuse d’avoir trouvé une esthéticienne compréhensive.

Le lendemain, je me réveille comme prévu, prend une douche, prépare quelques affaires et enfile la tenue de rigueur pour l’épilation : culotte et soutien-gorge. Il est bientôt 7h, je m’installe sur le canapé pour patienter, tous poils dehors. A 7h, pas de Karen. A 7h05, pas de Karen non plus. A 7h10, toujours pas de Karen. Je lui envoie un WeChat pour lui demander si elle a un empêchement. Elle répond : « Ah, on n’avait pas rendez-vous à 7h du soir ? » J’ai dû relire tous les messages pour vérifier que je n’avais pas perdu la tête…

Bredouille et velue, je me suis habillée pour aller au travail. Il était trop tard pour prendre rendez-vous avec une autre esthéticienne et en Chine la cire n’est pas disponible en magasin. Tant pis, je me suis débrouillée avec de vieilles bandelettes de cire froide que j’avais apportée de France l’année précédente. L’épilation était d’un niveau plutôt « intermédiaire ».

Karen n’est jamais revenue sur l’épisode. Sauf peut-être de manière involontaire, puisque la dernière fois que je l’ai vue, elle m’a dit qu’une cliente complètement folle lui avait demandé de venir l’épiler à 7h du matin…

Ma nouvelle « Lueurs à Shanghai » vient d’être publiée sur le site aufeminin.com. Si vous la kiffez, likez-là ! : http://www.aufeminin.com/ecrire-aufeminin/lueurs-a-shanghai-s795090.html

Publicités