Mots-clefs

, ,

ice cubesCes temps-ci, les températures avoisinent les 30°C, avec un taux d’humidité proche des 50%. En d’autres termes, si vous restez dehors plus de 10 minutes, il existe de fortes chances pour qu’un mécanisme de sudation extraordinaire s’enclenche. Vous comprendrez alors que je ne vous raconte pas comment se déroule ce mécanisme quand je marche 20 minutes entre le métro et mon travail tous les jours…

Mon chéri s’oblige à porter au bureau des chemises à manches longues, parce que « une chemisette, ça fait vraiment contrôleur SNCF ». Sa tenue de travail ne comporte ni casquette, ni sacoche, ni moustache, je ne comprends donc pas la pénitence à laquelle il s’astreint avec de telles conditions climatiques.

Les Chinois ne sont pas aussi compliqués, et n’hésitent pas pour la plupart à ventrerelever leurs T-shirts ou marcels sur leurs ventres rebondis. Avoir du gras a du bon ! Ils sont ainsi bien plus à l’aise pour jouer au mahjong dans les parcs, à l’ombre des arbres. Les demoiselles, quant à elles, maintiennent l’élégance et marchent avec des ombrelles destinées à repousser les rayons du soleil.

Au cours d’une promenade, j’apprécie vraiment m’arrêter devant une échoppe pour choisir un jus de fruits fraîchement pressés à base de citron, orange, mangue, fruit de la passion et autres fruits inaccessibles en Occident. Il existe aussi l’option des glaces en bâtonnet aux petits pois ou au maïs. Je n’ai pas encore eu le courage d’essayer ces « saveurs ». Peut-être le ferais-je un jour en cas de torture par de méchants malfaiteurs (d’un âge  maximal de 12 ans sans doute !).

jus de fruits

Les appartements et magasins sont tous équipés d’appareils de climatisation. Ouf ! Je ne sais pas comment faisaient les Shanghaiens avant cette invention. Ils n’avaient sans doute pas d’autre choix que de fermer les volets pour avoir un peu d’ombre, et d’attendre, abrutis par la chaleur, que la nuit arrive.

La plage, bien que non loin de la ville, n’est pas facile d’accès. Heureusement, de nombreuses piscines ont fleuri un peu partout dans le centre, au milieu de compounds d’immeubles ou sur les toits, permettant de lézarder agréablement près de l’eau, mais aussi de montrer son dernier maillot de bain… Ben oui, on est toujours à Shanghai, non ?

Publicités